CQFD#4

clip_image001

Je perds la vue en double aveugle

je me machine aux ciseaux

sculpté comme un Klimt

un Schiele paranoïaque

perdant patraque

pour finir dans le noir

pour luire dans un dortoir

toujours que revienne l’Enfance

À Charlotte H
Guillaume HOOGVELD @2013 Droits réservés©

Passe encore


Auto-Guillaume HOOGVELD @1997 Droits réservés©

Il va venir

le temps est soutiré il va

venir le temps est

soudainement

suspendu aux étrennes des privilégiés

qui passent à travers vallées monts et massifs

en se parant de longs manteaux de cristal

Passe encore que je perde la vue passe

encor que je passe mes yeux passent

encore que je coure après mon corps

avec exactitude que passent

Renoir Turner Pollock qu’il n y ait plus aucun mot à ajouter aucune encre à dévier de trait à dévier de vies à dévier

passe encore plaidoiries

pour que tu ne quittes pas les lieux

et me livre à la dalle cinglante et humide

Où j’aurais froid sans froid sans toi

Passe en or que tes yeux se dissolvent dans ton liquide amniotique

perçant la nuit avec une fente de métal hypnotique passe

encor bien que tu ne sois jamais venue                          jamais entendue                                 jamais ressentie jamais

compris le poids et la portée de la Littérature

qui projette sur la vie

son alcôve collégiale

qui fait rêver les vies et vivre les rêves

de ceux qui savent Aimer

passe encor que je perde la vue mais pas que

je te perde de vue                                 paradoxe oxymore                     j’en conviens

J’ai détroussé mon imagination pour toi

harponné la vermine

fracassé toute mauvaise fortune

passe encor bon cœur

mon ange ma petite fée tu manques à moi

Guillaume Hoogveld qui a appris à s’exposer au front

tout en étant omniscient

présent partout par la pensée par les actes

un petit peu moins qui vient qui passe

encore j’ai envie de te dire

Incarne ta vitesse et ne mets jamais de gants

pleinement intense

incarne ta liesse et donne-toi maintenant

le sourire que chaque nuit j’entendais dans la connivence accordée au vent

dans la bouteille jetée encore

et encore jetée dans tous les reflux d’un mouvement vers Toi

tu es encore l’écume qui force les pas

à me dépasser sans jamais passer

Disparaitre ?

Guillaume HOOGVELD @2013 Droits réservés©

Carré puissance panique

                                                Steven Eastwood2

C’est un HOMME

à voguer à l’envers de son

CAUCHEMAR,

d’un  mercure  en fusion,

à VEILLER

sous les méridiens acidulés

à renaitre sous

la toile d’un maitre

HOMME

à filer le temps

en nœuds telluriques

pour échapper

au pouvoir carré

de puissance panique²

 

 

Guillaume HOOGVELD @2013 Droits réservés texte & cliché @1997©

Fragment du cyberespace

 » Selon des estimations prudentes, plus de 400 millions de gens autour du monde téléchargent de la musique, des films, des émissions télé, des jeux vidéo. La musique, à elle seule, comptabilise plus de un milliard de téléchargements par semaine, pourtant la plupart des gens qui s’échangent les fichiers n’ont aucune idée de leur provenance. Ils ignorent qu’il existe un monde, une infrastructure massive et globale dont la raison d’être est d’acquérir et de disséminer de nouveaux contenus. Au sommet de cette machine, il existe un endroit où tous ces fichiers qui se propagent à travers le monde trouvent leur origine. C’est un endroit où des accords sont conclus, où les identités et les accès sont jalousement gardés et où une élite de technocrates exerce le contrôle en silence. La population se contente de petits jobs et de minimas sociaux hasardeux avec lesquelles elle tente de survivre.  »

Tracé idiomatique sur le cyberespace, anonyme, inspiré de William Gibson, traduction de Bill Ashtray

Un quart d’heure pour la vie

VERDIER -Vue des falaises du Chasseron Fabienne VERDIER Droits réservés©

Dans le trait de la durée

dans la ligne de fuite

dans un bonheur d’heure d’été

dans la silencieuse et opaque mêlée du risque

dans la verte et immature section d’assaut

du sentiment de grâce,

se justifie le quart d’heure

d’une vie totale

et totalement accomplie

dans un face à face avec la tentation

Face à face inégal

avec la glace sans teint

sans être touché

affecté ou même

atteint

C’est cela

le quart d’heure qui promulgue la vie en Destin.

Guillaume HOOGVELD @2013 Droits réservés©

CQFD#1

TOUT

est dans la

TÊTE

math

C’est bien le

CORPS

du problème.

 

Guillaume HOOGVELD @2013 Droits réservés©