Lettre au dernier bouquiniste de Nantes

Laurent, Je voulais te dire merci pour ton fourbis, ton bordel, tes ombres généreuses, ton antre, ton empire Nantes building, ton Brooklyn réinventé, ton refuge, ton scénario, ta palissade, ton cumulus, ton regard attentif, ta main posée sur le piano, ton ré mineur comme la tendresse, ta réserve d'espoir, ton antagonisme avec le pire, ta... Lire la Suite →

Julien Mérieau / Extrait Journal Mulot (2003/2019)

Entre ouvrir la fenêtre, humer le pur dehors, ce parfum n'est pas fabriqué. Convoquant toute mémoire cette odeur frappe l'esprit, source du sentiment, en amont de toute orfèvrerie future. Ce frais soudain, c'est l'odeur de la vie, des arbres, des fleuves, de la pluie, au fond c'est l'odeur de l'air, des immensités et son message... Lire la Suite →

Coordonnées confidentielles pour Happy few

Qu'on arrête avec les contingences et les spéculations, il nous faut en temps réel des nécessités pour liquider les doutes qui font le spectacle défait par son propre blason par son propre rideau. Il n'y a pas un seul mot d'ordre a exiger, les mots sont en congés, les pixels sont d'impérieuses forces de séduction... Lire la Suite →