VISION DURAS, A kind of no future





Il faut avoir cru bon une seule fois d’entendre la voix de Duras, sa voix et les tourments de ces silences patiemment étagés. Écoutez, c’est une question de conscience.

Guillaume Hoogveld, « Bienvenue dans le progrès, » 1998, Paris.

 

Partagez moi
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •