Lettre au dernier bouquiniste de Nantes

Laurent,

Je voulais te dire merci pour ton fourbis, ton bordel, tes ombres généreuses, ton antre, ton empire Nantes building, ton Brooklyn réinventé, ton refuge, ton scénario, ta palissade, ton cumulus, ton regard attentif, ta main posée sur le piano, ton ré mineur comme la tendresse, ta réserve d’espoir, ton antagonisme avec le pire, ta silhouette bienveillante, ta forme si lente et juste d’aborder l’essentiel, d’aimer l’être et le paraître, d’être un rivage, un maquisard, un oasis, un Tchao Pantin, une fiole de laudanum ponctuée de mystères, de formes de vies sans bruits mais nimbées de musique…
Merci de ne pas donner dans la figuration ni la mise en scène, toi et ton échoppe devrait être le nouveau cœur des fédérés de la Commune, barbares et généreux avec le mot « Ouvert si vous le souhaitez, ouvert si vous aimez !  »

©Guillaume HOOGVELD, photo est texte
©Poètes Anonymes Associés
www.guillaumehoogveld.net

Partagez moi
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •