Houellebecq – Poésie et félicité – Permis de penser, 2005.

https://www.youtube.com/watch?v=gh4QQahS-28&t=49s   "Le bonheur reste un domaine presque inexploré par la littérature (...) il y a quelque chose dans le mot qui ne va pas et pourtant la poésie y parvient."

Valsez les consciences

Comme quelqu'un qui prendrait ses dispositions Qui échouerait la main mise à sac sur le damier des fous La nef et le transept fleurissant d'affabulations saisissantes Comme quelqu'un qui miserait tout jusqu'au cou Je suis posé là j'ai pris mes dispositions mes phares mes balises émerveillant la violence Refermant ses degrés la mesure des théorèmes... Lire la suite →

L’homme de peine

Je dis Je pour Vous je ne suis moi-même plus que le gardien de mon propre égo Je ne m'intéresse à qui sois-tu aux fils luisants préférant la nuit abhorrant l'ennui Je n'ai rien compris au désespoir je subis sa pièce trop lumineuse pour ressembler aux visages aimés défigurés déshabillés par la porte ouverte étroite

(Go fuck yourself) America / Allen Ginsberg

America I've given you all and now I'm nothing. America two dollars and twenty-seven cents January 17, 1956. I can't stand my own mind. America when will we end the human war? Go fuck yourself with your atom bomb I don't feel good don't bother me. I won't write my poem till I'm in my... Lire la suite →

@ MVK Passe le temps restent la fièvre et l’harmonie des Chants

À celle qui a toujours su être là, même dans mes abimes, MVK, ma confidente de toute intensité. Il va venir le temps est soutiré il va venir le temps est suspendu aux étrennes des privilégiés qui passent à travers vallées mont et massifs en se parant de longs manteaux lascifs sans avoir la force... Lire la suite →

Xavier VILLAURRUTIA / Un spectre majeur de la création assigné à l’ombre dont il est le moment d’aveugler de lumière.

NOCTURNE PEUR Le silence le bruit et le temps et le lieu : tout au cœur de la nuit vit un doute secret. Immobiles dormeurs ou veilleurs somnambules nous ne pouvons rien faire à l’angoisse cachée. Et fermer les yeux dans l’ombre ne suffit pas ni les plonger dans le sommeil pour ne plus regarder,... Lire la suite →