Sur les nuages obscurs de l’Amour

 

Ce texte est dédié à la présence subliminale d’Alexia Desfourneaux.

 

L’ Amour n’est pas soumis aux rayons feu-follet ni aux flammes violettes qui détachent le bien d’un mystérieux trésor. Je n’ai rien à ajouter. Toi oui.

Fin du fond les choses qui ne sont pas faciles à dire. Le reste c’est pour le détecteur de mensonge.

L’ Amour est un climax étendu sur le reflet d’un couteau halluciné par un étranger qui va tirer quatre fois sur un gisant à terre qui aura perdu de sa superbe au gré des douilles.

L’ Amour est une réunion de droites sécantes et indécentes qui n’auraient jamais du se rencontrer
Dans un espace-vide qui ne s’attend pas à ça
Pourtant profilé pour ça

Trop androgyne pour être vrai
Avec ce sourire habité par la chaîne que des pieds au cortex nous nous escrimons à faire mouvoir

Un corbillard et 4 clous de nombreuses béatitudes même s’il n’y aura plus de sermons sur nos montagnes

Les béatitudes resteront traduites dans toutes les langues au même titre que l’injustice

L’ Amour est celui qui donne de l’eau oxygénée quand on faim
Et une éponge humectée de vinaigre quand on a soif

Un geste familier
Ta main sur ma joue ma blessure incomprise comptine lentement qui se formule et se dessine

Apprenez-moi comment réunir l’affection et tous les quadrilatères de la raison de toutes les latitudes.

Il n’y aura jamais eu qu’une seule option pour changer la vie

À tout le moins pour éviter la multiplication du rien.

 

©Guillaume HOOGVELD #2020 pour le texte
©Henri MICHAUX pour la peinture. Droits réservés.

 

Minuit-fracas

LAETITIA Eve 151114

Minuit avant que tu ne sois ravie.

Minuit avant que tu sois empruntée.

Minuit avant que règnent chapeaux et couronnes

Minuit avant que tombe le ciel plus haut que terre que

Tombent les hauts de cœur plus profonds que ta profondeur

Seule et tes bas aussi hauts que l’ivresse

Fine bruine que gifle les échos des pins plus

Loin qu’une fréquence sous perfusion de violence puis

Ça me lance ça pourrait me lancer j’inverse les bulles à savon

Parfum d’imagination et d’espérance celle qu’on attendait plus c’est toi qui

Ne méritait pourtant pas à pas tout à fait cela

Se remettre à vibrer

Dis-le-moi

Dis-le-moi

Touche-moi

Vole-moi

Et reviens un jour simple et touchant

D’un naturel tel que rien ne puisse

Dissimuler entre nous

La valeur du Temps.

 

L.R.151114.Nantes.
©Guillaume HOOGVELD @2013 pour le texte
©Guillaume HOOGVELD @2015 Droits photographiques