Vous y êtes.

On mesure la durée de vie d’une étoile à l’instant où elle nous parvient

C’est à dire : son dernier souffle.

Nous sommes tous des étoiles

en quête de satellites

Et nous sommes satellites des mains

qui se tendent

Et des bras que nous offrons

Nous sommes la lumière fendue par un voile assassin que jette

Discontinue       la pesanteur qui nous mène à nos dernières fenêtres

À ce temps en nous qui  guette

Au savant goutte à goutte

Nous sommes le cri de la foi

Nous sommes cette unité, ce 1+1 qui sera toujours un

Nous opinons savamment et penaud entre l’enclume et le mot

Les rails et le lit

Le fer et le bronze

Le sexe et l’affection

La mort qui raille

Le chant qui s’aiguise comme un lierre asphyxié

Nous sommes enfin

De toute éternité

Causes et conséquences

Hasard et Beauté.

 

©Guillaume HOOGVELD @2010 pour le texte et la photographie

Rue Latérale bus 175 octobre 93 Banlieue Ouest 9-2

 

Ils eux mais pas moi mot compte triple

Irréprochables avec l’accent aiguillé très aiguisé
sur la rue diagonale
percée à travers la rue Latérale dans le bus 175
caillassé au tarif syndical par les retardataires
vu le temps
qui se croyaient
de toute heure
arriver en déguisements de ski
la cuirasse totale amplifiée
la sueur du bus 175 en terminus de St Denis “fried chicken”
(En principe tout le monde descend  ndlr)
et moi je reste perché dans ce jour fixé d’octobre 93
Gris comme aujourd’hui
D’un gris le nouveau
est plus violent dans le sournois et sans mythe à habiter
sauf ceux que je me dois de mettre
Cartes sur table
Mot compte triple.

 

Guillaume HOOGVELD 2010 ©