In memoriam Paul Celan, Fugue de mort (Todesfuge)

              Lait noir du petit jour nous le buvons le soir nous le buvons midi et matin nous le buvons la nuit nous buvons et buvons nous creusons une tombe dans les airs on y couche à son aise Un homme habite la maison qui joue avec les serpents... Lire la suite →

TZARA / Extraits par milliers de voyages à parcourir dans l” Homme Approximatif” (1925-1930)

même sous l’écorce des bouleaux la vie se perd en hypothèses sanglantes où les pics picorent des astres et les renards éternuent des échos insulaires mais de quelles profondeurs surgissent ces flocons d’âmes damnées qui grisent les étangs de leur chaude paresse est-ce le cygne qui gargarise son blanc d’eau blanc est le reflet dont... Lire la suite →

Proust / L’œuvre mise à nue

« Que celui qui pourrait écrire un tel livre serait heureux, pensais-je, quel labeur devant lui ! Pour en donner une idée, c'est aux arts les plus élevés et les plus différents qu'il faudrait emprunter des comparaisons ; car cet écrivain, qui d'ailleurs pour chaque caractère en ferait apparaître les faces opposées, pour montrer son... Lire la suite →

Gaston Miron / Je t’écris

  Guillaume HOOGVELD Droits réservés© Je t'écris pour te dire que je t'aime que mon coeur qui voyage tous les jours — le coeur parti dans la dernière neige le coeur parti dans les yeux qui passent le coeur parti dans les ciels d'hypnose — revient le soir comme une bête atteinte Qu'es-tu devenue toi... Lire la suite →

Article mis en avant

Drieu La Rochelle / Adieux à Gonzague

    Il y avait longtemps que je voulais écrire une excuse à Gonzague. Une excuse I Je savais bien que l’examen de conscience que j’avais fait sur nous à propos de toi dans La Valise Vide, était insuffisant. Terrible insuffisance de nos cœurs et de nos esprits devant le cri, la prière qu’était la... Lire la suite →

Enivrez-vous

http://www.youtube.com/watch?v=lpgUvWDffvs II faut être toujours ivre. Tout est là : c'est l'unique question. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve. Mais de quoi ? De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous. Et si... Lire la suite →

LE MONDE VA FINIR Baudelaire très amer, en écho au séisme absolu du Japon : J+3

Le monde va finir ; la seule raison pour laquelle il pourrait durer, c’est qu’il existe. Que cette raison est faible, comparée à toutes celles qui annoncent le contraire, particulièrement à celle-ci : Qu’est-ce que le monde a désormais à faire sous le ciel ? Car, en supposant qu’il continuât à exister matériellement, serait-ce une... Lire la suite →

Je vous écris d’un pays lointain

Extraits Est-ce que l'eau coule aussi dans votre pays ? (je ne me souviens pas si vous me l'avez dit) et elle donne aussi des frissons, si c'est bien elle. Est-ce que je l'aime ? Je ne sais. On se sent si seule dedans quand elle est froide. C'est tout autre chose quand elle est... Lire la suite →