LUX AETERNA

George HERBERT (1593-1633) / Le poème qui éveilla la foi de Simone Weil

Posted in LUX AETERNA on février 24th, 2013 by admin – 42 Comments

LOVE

Love bade me welcome ; yet my soul drew back,
Guiltie of dust and sin.
But quick-ey’d Love, observing me grow slack
From m’y first entrance in,
Drew nearer to me, sweetly questioning
If I lack’d anything.

A guest, I answer’d, worthy to be here.
Love said, You shall be he.
I, the unkinde, ungrateful ? Ah, my deare,
I cannot look on thee.
Love took my hand and smiling did reply :
Who made the eyes, but I ?

Truth, Lord ; but I have marr’d them : let my shame
Go where it doth deserve.
And know you not, says Love ; who bore the blame ?
My deare, then I will serve.
You must sit down, says Love, and taste my meat.
So I did sit and eat.

 

Traduction de Jean Mambrino :

Amour

Amour m’a dit d’entrer, mon âme a reculé,
Pleine de poussière et de péché.
Mais amour aux yeux vifs en me voyant faiblir
De plus en plus, le seuil passé,
Se rapprocha de moi et doucement s’enquit
Si quelque chose me manquait.

Un hôte, répondis-je, digne d’être ici.
Or, dit Amour, ce sera toi.
Moi, le sans-coeur, le très ingrat ? Oh mon aimé,
Je ne puis pas te regarder.
Amour en souriant prit ma main et me dit :
Qui donc fit les yeux sinon moi ?

Oui, mais j’ai souillé les miens, Seigneur. Que ma honte
S’en aille où elle a mérité.
Ne sais-tu pas, dit Amour, qui a porté la faute ?
Lors, mon aimé, je veux servir.
Assieds-toi, dit Amour, goûte ma nourriture.
Ainsi j’ai pris place et mangé."

Poème cité par Simone WEIL dans une lettre à Joë BOUSQUET.

 


Pascal / La nuit de Feu

Posted in LUX AETERNA on janvier 6th, 2013 by admin – 36 Comments

L’an de grâce 1654, (à 31 ans).Lundi, 23 novembre, jour de saint Clément,
pape et martyr et autres au martyrologe,

Veille de saint Chrysogone, martyr, et autres.

Depuis environ 10 heures et demie du soir
jusque environ minuit et demi,

Feu.

«Dieu d’Abraham, Dieu d’Isaac, Dieu de Jacob» non des philosophes et des savants Certitude.  Certitude. Sentiment. Joie. Paix.

Dieu de Jésus-Christ.

Deum meum et Deum vestrum (mon Dieu et votre Dieu)

«Ton Dieu sera mon Dieu»

Oubli du monde et de tout, hormis Dieu.

Il ne se trouve que parmi les voies enseignées dans l’Évangile

Grandeur de l’âme humaine.

«Père juste, le monde ne t’a point connu, mais je t’ai connu».

Joie, joie, joie, pleurs de joie.

Je m’en suis séparé:

Dereliquerunt me fontem aquae vivae. (Ils m’ont abandonné, moi, la source d’eau vive)

«Mon Dieu me quitterez-vous?»

Que je n’en sois pas séparé éternellement.

Cette est la vie éternelle, qu’ils te connaissent seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ.»

Jésus-Christ.

Jésus-Christ.

Je m’en suis séparé; je l’ai fui, renoncé, crucifié.

Que je n’en sois jamais séparé.

Il ne se conserve que par les voies enseignés dans l’Évangile:

Renonciation totale et douce.

Soumission totale à Jésus-Christ et à mon directeur.

Éternellement en joie pour un jour d’exercice sur la terre.

Non obliviscar sermones tuos (Que je n’oublie pas tes paroles), Amen.

Hymne à la Charité Première lettre de Saint Paul aux Corinthiens Chapitre 13, versets 1-8

Posted in LUX AETERNA on décembre 22nd, 2012 by admin – 212 Comments

Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n’ai pas la charité, je ne suis plus qu ’airain qui résonne ou cymbale qui retentit.

Quand j’aurais le don de prophétie et que je connaîtrais tous les mystères et toute la science,

quand j’aurais la plénitude de la foi, une foi à transporter les montagnes, si je n’ai pas la charité, je ne suis rien.

Quand je distribuerais tous mes biens en aumônes, quand je livrerais mon corps aux flammes, si je n’ai pas la charité, cela ne me sert à rien. La charité prend patience ; la charité est serviable ; elle n’est pas envieuse ; la charité ne fanfaronne pas, elle ne se gonfle pas ; elle ne fait rien d’inconvenant, ne cherche pas son intérêt, ne s’irrite pas, ne tient pas compte du mal ; elle ne se réjouit pas de l’injustice, mais elle met sa joie dans la vérité.

Elle excuse tout, croit tout, espère tout, supporte tout.

La charité ne passe jamais.


%d blogueurs aiment cette page :