Vous êtes anonymes plusieurs fois

Je déserte tranquillement il y a ici trois individus formellement anonymes et identifiés dans la Baixa qui fourmillent à Lisbonne qui dépêchent leurs pas ils sont pressés par leur comptabilité le temps imparti leur est perdu d'avance il s n'avaient pas la force nerveuse de leurs affectations ils s'appelaient Alberto Ricardo Bernardo et autant d'... Lire la suite →

Vous y êtes.

On mesure la durée de vie d'une étoile à l'instant où elle nous parvient C’est à dire : son dernier souffle. Nous sommes tous des étoiles en quête de satellites Et nous sommes satellites des mains qui se tendent Et des bras que nous offrons

ULTIMATUM / Texte à horloge digitale

                        NANTES BY NIGHT 12/11/17 ©Guillaume HOOGVELD     Vous y êtes Vous accédez à une page une page gravée à la mine de plomb puis bloquée dans un data center de misère froide Comme toutes les pages du globe elle est inachevée mais... Lire la suite →

D’un Céline l’Autre : Pastiche de Destouches, archives personnelles

SEUL AU PARADIS Cette fois je vais me lever du pied gauche, c’est une nouvelle aventure, j’espère. J'allume une autre cigarette parce que j’en ai envie, seulement parce que j'en ai envie. Et puis je ferme les rideaux et je me prépare à vivre. une entrée dans la salle de bain où les carreaux de... Lire la suite →

Limitations d’ivresses

À Mahé   La folle aventure des pas perdus décide de mon avenir J’ai le destin au bout de ma lyre Crapahuté, rejeté en fond de cale j’aperçois une lame Et son reflet me mime l’espoir des possibles Messager des ombres j’agis comme une nuit enceinte D’une lune maladroite et d’un soleil fiévreux Assez d’être... Lire la suite →

Adagio

Concerto pour clavier n°23 de Mozart, Adagio en vitesse de plaisance mach 1.2 sous écouteurs intra-auriculaires Pour celle qui a fait danser mes mélodies cristallines depuis 1993 à Jamais, my sister of night, C.R. , ce soir et tous les autres Il est tard. Je t’aime. Je prends mes affaires et je prends ton... Lire la suite →

Article mis en avant

Sahel ton Sahel

J’aurais aimé dire qui je suis à quelqu’un. Quelque chose aurait certainement changé ; pas en moi, mais peut-être chez mes proches. J’ai marché ; c’était le désert, il y avait une palmeraie qui annonçait de longues heures de repos, dont nous avions tant espoir. Vous êtes parti vous avez dit au revoir et pas... Lire la suite →

Télégramme

A bout je t’écris. Juste avant. Des étincelles frappent sur mon front. Il bruine. L’automne déjà. Quel jour sommes-nous. L’année dernière, j’avais des dents. Mes gencives poussent. Cerceaux autour de la lune. Le soleil est oisif. J’aimerais te demander quel âge tu as. Nous sommes mariés depuis ce matin. Je teins mes ténèbres en bleu.... Lire la suite →

2 X

le silence s'épanouit sur une lame d'océan que les sonatines ponctuent comme un écho du lointain reviennent les douces silhouettes qui s'élancent mais ne signent jamais leurs corps sur le sable le soleil les accouchant copies de lumière il fait froid il fait seul nous sommes deux pour penser à tue-têtes deux pour extraire le... Lire la suite →