Valsez les consciences

Comme quelqu'un qui prendrait ses dispositions Qui échouerait la main mise à sac sur le damier des fous La nef et le transept fleurissant d'affabulations saisissantes Comme quelqu'un qui miserait tout jusqu'au cou Je suis posé là j'ai pris mes dispositions mes phares mes balises émerveillant la violence Refermant ses degrés la mesure des théorèmes... Lire la suite →

L’homme de peine

Je dis Je pour Vous je ne suis moi-même plus que le gardien de mon propre égo Je ne m'intéresse à qui sois-tu aux fils luisants préférant la nuit abhorrant l'ennui Je n'ai rien compris au désespoir je subis sa pièce trop lumineuse pour ressembler aux visages aimés défigurés déshabillés par la porte ouverte étroite

Vous êtes anonymes plusieurs fois

Je déserte tranquillement il y a ici trois individus formellement anonymes et identifiés dans la Baixa qui fourmillent à Lisbonne qui dépêchent leurs pas ils sont pressés par leur comptabilité le temps imparti leur est perdu d'avance il s n'avaient pas la force nerveuse de leurs affectations ils s'appelaient Alberto Ricardo Bernardo et autant d'... Lire la suite →

Vous y êtes.

On mesure la durée de vie d'une étoile à l'instant où elle nous parvient C’est à dire : son dernier souffle. Nous sommes tous des étoiles en quête de satellites Et nous sommes satellites des mains qui se tendent Et des bras que nous offrons

ULTIMATUM / Texte à horloge digitale

NANTES BY NIGHT 12/11/17 ©Guillaume HOOGVELD   Vous y êtes Vous accédez à une page une page gravée à la mine de plomb puis bloquée dans un data center de misère froide Comme toutes les pages du globe elle est inachevée mais restez ici nous n'avons que si peu de temps pour miser sur l’Horizon... Lire la suite →