Albert Camus Discours de réception du prix Nobel, 1957