Archive for décembre, 2012

Ma double vie d’Arthur R.

Posted in SERIGRAPHIES DE SAVOIRS réunis par Nathanaël V. on décembre 31st, 2012 by admin – 48 Comments

[fusion_builder_container hundred_percent= »no » equal_height_columns= »no » hide_on_mobile= »small-visibility,medium-visibility,large-visibility » background_position= »center center » background_repeat= »no-repeat » fade= »no » background_parallax= »none » parallax_speed= »0.3″ video_aspect_ratio= »16:9″ video_loop= »yes » video_mute= »yes » overlay_opacity= »0.5″ border_style= »solid »][fusion_builder_row][fusion_builder_column type= »1_1″ layout= »1_1″ background_position= »left top » background_color= » » border_size= » » border_color= » » border_style= »solid » border_position= »all » spacing= »yes » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » padding= » » margin_top= »0px » margin_bottom= »0px » class= » » id= » » animation_type= » » animation_speed= »0.3″ animation_direction= »left » hide_on_mobile= »small-visibility,medium-visibility,large-visibility » center_content= »no » last= »no » min_height= » » hover_type= »none » link= » »][fusion_text]

Si une vie se compose de plusieurs vies juxtaposées ou parallèles, Arthur en aura fait la démonstration ultime. Du poète absolu au trafiquant d’armes, il y a une fracture, et c’est dans ce revirement si touchant qu’Arthur s’expose à nous, dans sa nudité la plus crue.

Arthur n’aura pas cherché la reconnaissance et la célébrité longtemps. Vite, il lui faudra acquérir de nouvelles sciences, de nouveaux langages. Parmi les hommes, il se sait mort d’avance, pour ne pas voir sous le soleil la finitude de ses congénères, il choisit le ciel du désert. Son horizon est névralgique, il a des pieds fantômes, des stigmates sur ses yeux brûlés. Il avance le corps calciné dans une étendue sans ombre, sans femmes. Il lui faudrait un alcool plus fort que son désespoir de ne trouver là que misère et astreinte.

Dans cette autre vie, la vie est décidemment absente. Elle ne l’attend pas au détour d’un oasis, où dans les yeux d’une négresse d’Abyssinie. Dans le fond de ses yeux, il y a pourtant un petit espoir de mariage bourgeois, vite dilapidé par son angoisse de bagnard. Il n’enfantera pas une indigène aux yeux sombres, il ne donnera pas à son fils la plus grande instruction qui soit.

Dans sa seconde vie, Arthur quitte le sang et la chair pour rejoindre l’émulsion argentique. Ce qu’il nous laisse, ce sont des instantanés. Arthur embrasse la découverte de la chambre noire et se plonge dans son propre tombeau, au milieu de nos livres et de ses images.

Il n’aura donc pas triché. Il est parti. Il a échoué. Sans doute mauvais négociant, A Harar son sort l’embarrasse et l’ennuie à mourir. A t’il espéré en finir également avec cette seconde vie ? Alité, à l’orée de la mort à Marseille, alors qu’on l’a amputé d’une jambe, il croit encore pouvoir changer la vie et l’exprime avec un paradoxe éloquent à son directeur  : « Je suis complètement paralysé : donc je désire me trouver de bonne heure à bord. ».

Guillaume Hoogveld.

[/fusion_text][/fusion_builder_column][/fusion_builder_row][/fusion_builder_container]

La révolte des masses – Ortega Y Gasset – Répliques – Finkielkraut

Posted in VIDEOS STREAM BAZAAR on décembre 24th, 2012 by admin – 9 Comments

THOMAS SCHLESSER intervient sur les rapports très complexes de l’Art et de l’Apocalypse / 28 MINUTES Arte 21 12 12

Posted in VIDEOS STREAM BAZAAR on décembre 23rd, 2012 by admin – 155 Comments

 

Hymne à la Charité Première lettre de Saint Paul aux Corinthiens Chapitre 13, versets 1-8

Posted in LUX AETERNA on décembre 22nd, 2012 by admin – 212 Comments

Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n’ai pas la charité, je ne suis plus qu ’airain qui résonne ou cymbale qui retentit.

Quand j’aurais le don de prophétie et que je connaîtrais tous les mystères et toute la science,

quand j’aurais la plénitude de la foi, une foi à transporter les montagnes, si je n’ai pas la charité, je ne suis rien.

Quand je distribuerais tous mes biens en aumônes, quand je livrerais mon corps aux flammes, si je n’ai pas la charité, cela ne me sert à rien. La charité prend patience ; la charité est serviable ; elle n’est pas envieuse ; la charité ne fanfaronne pas, elle ne se gonfle pas ; elle ne fait rien d’inconvenant, ne cherche pas son intérêt, ne s’irrite pas, ne tient pas compte du mal ; elle ne se réjouit pas de l’injustice, mais elle met sa joie dans la vérité.

Elle excuse tout, croit tout, espère tout, supporte tout.

La charité ne passe jamais.

CIORAN / Extase musicale – Extrait du Livre des leurres

Posted in Entre deux soupirs, enfin le Son / Essais sur la Musique compilés par Nasser Assas on décembre 22nd, 2012 by admin – 58 Comments

PAGE 1

SUITE

FIN

Enfants & Figurants

Posted in NOUVEAUX FORFAITS TEXTUELS des membres on décembre 22nd, 2012 by admin – 35 Comments

A la Mémoire de Marcel Proust

5956025

 

La Vérité sort toujours des mécréants, qui hantent leurs peines, restés accrochés dans le seul viatique qui nous a fait longtemps signe.

Nous ne pouvons plus nous accomplir comme des enfants. Assis sur nous mêmes, seulement figurants,  nous réfléchissons la mémoire, qui devant nous, s’accomplit encore

Et nous seconde.

 

Bill ASHTRAY 2012©

XXI XII XII

Posted in POESIE LIVE - NOUVELLES PRODUCTIONS de Guillaume HOOGVELD on décembre 21st, 2012 by admin – 31 Comments

apocalypse_211212

 

Tes bras autour de moi

ton silence comme de la soie

ça me lance

autour de toi

 

Fin de partie

on recommence ou pas

Violence au pas

un jour nouveau sans toi

qui es-tu

autant dire

autant croire que la lune est plate

 

Je referme les ciseaux du nouveau Monde

mécontent

à travers toi

on y est

vous y êtes

IMPACT.

 

FIN DE PATIENCE_

Gaston Miron / Je t’écris

Posted in PANTHEON DE GUILLAUME : Révélations de l'Absolu par la littérature on décembre 19th, 2012 by admin – 70 Comments
DSC04168

Guillaume HOOGVELD Droits réservés©

Je t’écris pour te dire que je t’aime
que mon coeur qui voyage tous les jours
— le coeur parti dans la dernière neige
le coeur parti dans les yeux qui passent
le coeur parti dans les ciels d’hypnose —
revient le soir comme une bête atteinte

Qu’es-tu devenue toi comme hier
moi j’ai noir éclaté dans la tête
j’ai froid dans la main
j’ai l’ennui comme un disque rengaine
j’ai peur d’aller seul de disparaître demain
sans ta vague à mon corps
sans ta voix de mousse humide
c’est ma vie que j’ai mal et ton absence

Le temps saigne
quand donc aurai-je de tes nouvelles
je t’écris pour te dire que je t’aime
que tout finira dans tes bras amarré
que je t’attends dans la saison de nous deux
qu’un jour mon coeur s’est perdu dans sa peine
que sans toi il ne reviendra plus

Quand nous serons couchés côte à côte
dans la crevasse du temps limoneux
nous reviendrons de nuit parler dans les herbes
au moment que grandit le point d’aube
dans les yeux des bêtes découpées dans la brume
tandis que le printemps liseronne aux fenêtres

Pour ce rendez-vous de notre fin du monde
c’est avec toi que je veux chanter
sur le seuil des mémoires des morts d’aujourd’hui
eux qui respirent pour nous
les espaces oubliés

Céline / Introduction du voyage, scan de l’édition originale de 1932

Posted in PANTHEON DE GUILLAUME : Révélations de l'Absolu par la littérature on décembre 16th, 2012 by admin – 54 Comments

Celine-intro-voyage-1932-ed°-Denoel&Steele

Cet Absent qui fait défaut

Posted in POESIE LIVE - NOUVELLES PRODUCTIONS de Guillaume HOOGVELD on décembre 15th, 2012 by admin – 42 Comments

GUI-absent
Guillaume HOOGVELD Droits réservés©

Je perds le sens inné d’être soi-même

Semblant d’y croire

Semblant d’y être

A jamais exaucé indéfini inachevé

A jamais prononcé par un corps qui me dévore

A jamais Jadis l’autre extrême de moi-même

Traquant le lien dans l’indifférence

Mon début et ma fin

Un voyage dans les lieux du temps

Où j’ai failli par essence

Menti par absence

Oui

Guillaume HOOGVELD 2012©


%d blogueurs aiment cette page :